le bandonéon chante la douleur juste avant les mots

Sous l’ombre du tango
le bandonéon chante la douleur juste avant les mots
et quand le violon s’arrête dans un souffle
les regrets deviennent une note légère
de celle qui passe presque inaperçue.

(journal des mots n°161 / 2 juin 2013)

Publicités
Cet article a été publié dans journal des mots, Poème, Poèmes, Poésie, Poems, Poetry. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s