chaque fois que je sentais son absence

chaque fois que je sentais son absence
je fermais les yeux
imaginant une photo d’elle
et son image mélancolique s’efface peu à peu
telle la voile d’un bateau
qui s’enfuit au loin
faseillant sous le vent

les yeux ouverts
son absence me brûle violemment.

d’après le photoblog brisedemer, inspiré de la photo Absence

Publicités
Cet article a été publié dans photos, Poème, Poèmes, Poésie, Poems, Poetry. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 Responses to chaque fois que je sentais son absence

  1. rechab dit :

    c’est un peu comme
    « le banc au fond de l’allée »

    Au fond de l’allée, il y a un banc
    C’est là, souvent, que je m’arrête , et attends

    Près d’une murette , recouverte de mousse
    Des parterres de fleurs, puis , une herbe douce

    Arrête-toi, au fond de ce jardin,
    Et que de nouveau, hier soit demain !

    Je revois ta silhouette, pleine de grâce
    Dans mon souvenir imprégnée, qui passe

    Et joue avec les cerisiers en fleurs
    L’ombre et la lumière, en fraîcheur

    Mais tu ne reviendras plus,… dans l’attente
    Je ne fais que compter , les heures lentes

    Invoquer les souvenirs, prendre tes mains
    Inverser le couplet et les refrains

    Remonter le cours du temps, et ses jours
    Qui imprimaient les pas, de l’amour

    C’est mon coeur, qu’il faudrait prendre à témoin
    A crier , pour te savoir vivante, même loin

    Il n’y a plus, dans ce jardin, que mes traces
    Et sur le sol, lentement s’aventure, une limace.

    RC – 14 avril 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s