Ce flou sourit

La pénombre installe un calme dans mon coeur et dans le noir, je serais définitivement en paix. Je cherche désespérément une fin dans tous ces possibles quand le nuage reste silencieux. Il y a trop d’incertitudes dans ce courant d’air. Les pas ont laissé une frêle trace. Un rien d’horizon, ce flou sourit et je l’embrasse.

Publicités
Cet article a été publié dans divers, fragment poétique, textes courts. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s