Somme d’oublis

Les mouvements sont trop infimes pour retrouver le fil de ces rêves, j’ai tout oublié y compris où je suis, la fatigue me pèse tant et tant que je ne cherche plus à me lever, j’ajoute heure après heure du flou dans ma tête, joyeuses amnésies vers cette évanescence qui me rend un semblant de paix,

parfois j’ai la douce sensation de disparaître, léger comme un souffle de couette

d’après les photos de Claire Sloan, inspiré de la série sleep for days

Publicités
Cet article a été publié dans photos, Poésie, Poetry, textes courts. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s