La nature décharné n’apaise plus

La nature décharnée n’apaise plus
ces étranges corps attaqués de rêves
grisants des espaces si lent cieux
dans un monde de papillons

alors que le sang coule

tracé en fuite
les couleurs pales avalent ces objets
les mirages dangereux prolongeant notre vide

inspiré des photos de Robert and Shana Parkeharrison, d’après la série Gray Dawn

Publicités
Cet article a été publié dans photos, Poème, Poèmes, Poésie, Poems, Poetry. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 Responses to La nature décharné n’apaise plus

  1. Jeanne dit :

    à nous de fuir vers d’autres horizons..
    à nous de.. oui.. rêver..
    de nous laisser porter.. ailleurs..
    et.. peut-être.. d’esquisser.. un sourire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s