Les mots sédimentent

Au fil des saisons, les mots s’accumulent
une couche épaisse et silencieuse
ils sédimentent

régulièrement je tamise
pour éviter la pourriture complexe
la noble sert parfois aux phrases les plus sombres

quand l’informe me pèse
je les saisis à pleines mains
composant des tableaux apaisants

impossible désordre
tout ce qui se dit sans conséquence
sans penser aux mots qui ont mal.

d’après le photoblog de Francisco Diaz, inspiré de la photo Winter leaves

Publicités
Cet article a été publié dans photos, Poème, Poèmes, Poésie, Poems, Poetry. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s