Mal à ma ville

J’ai le mal de ville
trop de boutiques, trop de bâtiments, trop de voitures
j’ai le cerveau au bord des lèvres
trop de bruits, trop d’odeurs, trop de contacts
je suis écœuré
tout devient flou, je me sens mal
il est trop tard
ne pas courir
ne pas vomir
ne pas s’évanouir
ne pas
non

d’après la galerie photo d’Elaine Vallet, inspiré de la photo Bruges-O

Publicités
Cet article a été publié dans photos, Poème, Poèmes, Poésie, Poems, Poetry. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s