Ne plus tenir sur ses pattes

Après la guerre, après les morts,
après les fusillades, j’ai fait des rêves
des peurs paniques, courir pour ne pas mourir
partout des chaises vides,
exténué, ivre de mes absences,
mes cris font trembler les murs
j’ai fait des rêves, des peurs paniques,
mourir de ne pas pouvoir s’asseoir,
s’allonger à la verticale et
attendre la dernière fusillade
qui réveille l’angoisse de ne
jamais se réveiller.

d’après le photoblogue de Line Lamarre, inspiré de la photo Ne plus tenir sur ses pattes.

Publicités
Cet article a été publié dans photos, Poème, Poèmes, Poésie, Poems, Poetry. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s