Deux fenêtres sur ma mélancolie

Je me souviens de ma mélancolie
quand la réalisation de ce tableau rongeait ma vie
je contemplai avec envie
cette facade de l’autre coté de la rue
Je n’ai pas peint la lumière crue
qui adoucissait la décrépitude vue
par tous les passants frénétiques
ces deux fenêtres n’étaient pour moi que panique
Elles étaient le reflet critique
de ma vanité d’artiste
avec le temps tout se flétrit et devient triste
A quoi bon jouer au Christ?

d’après le photoblog Lucca’s Café, inspiré de la photo Two old Windows

Publicités
Cet article a été publié dans photos, Poème, Poèmes, Poésie, Poems, Poetry. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s